exit

Sciences humaines et sociales   > Accueil   > Arts et sciences   > Numéro spécial   > Article

Penser liquide. Vers une esthétique écologique (Morton, Castaing-Taylor & Paravel)

Liquid thinking. Towards an ecological aesthetic (Morton, Castaing-Taylor & Paravel)


Sophie Lécole Solnychkine
Université Toulouse - Jean-Jaurès



Publié le 14 janvier 2020   DOI : 10.21494/ISTE.OP.2020.0456

Résumé

Abstract

Mots-clés

Keywords

Ce texte propose, au regard des notions de « maillage » (mesh) et d’« étranges étrangers » (strange strangers) développées par Timothy Morton, de questionner les moyens esthétiques du cinéma, lorsqu’il s’attèle à saisir des phénomènes écologiques dont les arts paysagers issus du modèle pictural classique achoppent à former une image pertinente. L’étude de Leviathan (Castaing-Taylor & Paravel, 2012) sera l’occasion de questionner le paradoxe qui consiste à vouloir penser conjointement écologie, conscience (et expérience) du milieu et persistance du modèle paysager.

Relying on Timothy Morton’s concepts of “mesh” and “strange strangers”, this article aims to question the aesthetic means of cinema when it strives to figure and represent ecological phenomena which landscape arts based on the classical pictorial model fail to fashion into a relevant image. This study of Leviathan (Castaing-Taylor & Paravel, 2012) questions the paradox of wanting to think ecology, consciousness (and experience) of milieu, and the persitence of the landscape scheme together.

Esthétique cinéma théorie du cinéma ethnographie écologie pensée écologique maillage étrange étranger Timothy Morton art et écologie pêche au gros Paysage modèle paysager environnement milieu

Aesthetics cinema film theory ethnography ecology ecological thought mesh strange stranger Timothy Morton art and ecology deep sea fishing Landscape landscape scheme environment milieu