exit

Sciences humaines et sociales   > Accueil   > Arts et sciences   > Numéro

Vol 5 - Numéro 2

Arts et sciences


Articles parus

Terre ! Une formation d’enseignants sur le dialogue créatif entre arts et sciences

Cet article témoigne d’une formation destinée à des professeurs de collège de toutes disciplines, sur la thématique de l’usage des terres émergées. Cette formation, née de la rencontre entre une artiste et des médiateurs scientifiques, a proposé un parcours riche en expériences sensorielles, mêlant échanges avec artistes et chercheurs, pratique scientifique et création artistique.


Art chorégraphique et sciences, une visite à deux voix des musées de sciences et techniques

Il existe plusieurs offres de visite des musées, et en particulier des musées de sciences et de techniques. Les plus nombreuses sont des discours « savants » car s’adressant à l’intellect. Ils supposent généralement un bagage culturel et scientifique minimal qui intimide et détourne certains publics. D’autres offres peuvent prendre la forme de visites dansées, plus incarnées. Cependant, soit elles maintiennent le visiteur dans un rôle de spectateur, soit elles lui font interpréter une danse qui présente les sensations éprouvées par le chorégraphe face aux oeuvres. Cet article présente une autre approche, dite « sensible », qui propose de mettre à disposition du visiteur les outils du chorégraphe pour lui permettre de créer sa propre interprétation des oeuvres. Il décrit la méthode de conception de ces visites, les notions sur lesquelles elle se fonde, et son adaptation à la réalisation d’un « récit sensible », forme de visite mêlant discours savant et approche sensible. Les avantages et les limites de ce récit sensible sont présentées en conclusion. La mise en oeuvre de l’approche sensible au sein des musées des beaux-arts semble montrer qu’il dispose d’un fort potentiel. Des expérimentations dans des musées scientifiques et techniques permettraient de le confirmer.


Herboriser en art : Comment le végétal intègre les pratiques artistiques de François Morellet, Anne et Patrick Poirier et Bernard Moninot

Parmi les artistes contemporains aux pratiques en lien avec les plantes, le présent article propose de s’attacher à ceux qui « herborisent ». Trois démarches artistiques seront interrogées afin de déterminer les spécificités des rapports directs, de prélèvements, de conservation et d’étude entretenus avec le végétal : trois moments des oeuvres de François Morellet (Géometrees, 1983-1985), de Anne et Patrick Poirier (notamment les Herbiers, depuis 1971), de Bernard Moninot (La Mémoire du Vent, depuis 1997, Le pin peint, tout récemment).


Les Amériques chantées et dansées : Panorama des spectacles européens consacrés au Nouveau Monde, du XVIe à nos jours

Depuis cinq siècles, les Amériques ont été vues, décrites, imaginées, interprétées à l’aune des pôles d’intérêts tant politiques qu’intellectuels qui ont animé la Vieille Europe. Ces représentations proviennent des multiples témoignages venus du continent (récits de conquêtes et d’explorations), d’images composées sur place ou recréées en ateliers, et bien entendu d’objets rapportés par milliers. Mais elles sont également issues des exemples produits sur le sol européen : essais philosophiques et romans d’aventures, sculptures et peintures, éléments d’architecture, illustrations populaires et plus tard photographie, cinéma et publicité. Dans ce vaste éventail, un domaine retient notre attention, celui des spectacles chantés et dansés, des mascarades et bals, des défilés et carrousels, des intermèdes et « entrées » d’opéras-royaux ou d’opéras-ballets, des ballets-pantomime et opéras de la période romantique, jusqu’aux opérettes plus récentes. En effet, la tradition du spectacle musical de la vieille Europe a accordé – dès le XVIe siècle – une place aux Amériques. Dans le cadre de ce travail, ont pu être recensés 420 spectacles musicaux et dansés (y compris les défilés et bals) apparus en Europe, ayant pour thème les Amériques, leurs paysages et leurs habitants ou dans lesquelles ces derniers jouent un rôle même mineur. Ce texte en présente l’évolution au sein d’un panorama historique, première étape d’une étude à venir sur l’iconographie des décors, costumes, machineries et accessoires « américanistes ».


Léonard de Vinci et le tracé des formes elliptiques

Léonard de Vinci nous a laissé, dans les folios du Codex Atlanticus, trois dessins proposant des méthodes de construction des formes elliptiques. L’analyse de ces dessins montre que ces méthodes sont géométriquement correctes et qu’elles sont devenues de plus en plus efficaces.


Les feuilles, mouvantes et émouvantes

Cet article examine la vie des feuilles dans toute sa diversité botanique, et à travers toutes les saisies artistiques dont elles font l’objet. Par la photosynthèse chlorophyllienne à laquelle elles doivent leur couleur verte, les feuilles ont naturellement partie liée avec l’atmosphère qu’elles oxygènent, et la lumière qu’elles recherchent. La vie des feuilles caduques est rythmée par leur déploiement à partir d’un bourgeon, leurs frémissements au vent et leur chute en hiver. On abordera les conditions climatiques de l’apparition des feuilles, les étapes biologiques de leur évolution, leurs transformations saisonnières et adaptatives. Elles seront également envisagées en tant que sources d’inspiration : les poètes les célèbrent en lien avec leurs états d’âme, et les artistes en révèlent la beauté formelle ou la sensibilité, utilisent certaines de leurs capacités et les soignent en tant qu’êtres vivants vulnérables.


Autres numéros :

2017

Volume 17- 1

Numéro 1

2018

Volume 18- 2

Numéro 1

Témoignages

2019

Volume 19- 3

Numéro 1

Numéro 2

2020

Volume 20- 4

Numéro spécial

Numéro 1

Numéro 2

Numéro 3

Numéro 4

2021

Volume 21- 5

Numéro 1

Numéro 2

Numéro 3

Numéro spécial

Numéro 4