exit

Sciences humaines et sociales   > Accueil   > Arts et sciences   > Numéro

Vol 5 - Numéro 3

Arts et sciences


Articles parus

Un rapport sur les influences de la turbulence superfluide dans Der Rufer pour quatuor de percussions

This report will discuss the influence of research into superfluid turbulence on my composition Der Rufer for percussion quartet. Written for Professor Olaf Tzschoppe, director of the Bremen Percussion Quartet, this work is the first result of a planned long-term collaboration with J.G. Weisend II, a Deputy Head of Accelerator Projects at the European Spallation Source (E.S.S.).


De la science à l’art : un imaginaire extraterrestre

L’exemple des êtres vivants sur Terre montre une biodiversité considérable de leurs formes. Mais celle-ci résulte souvent des contraintes physiques du milieu environnant auxquelles ils ont dû s’adapter. Ces contraintes peuvent aboutir à une architecture générale de la complexité, dite « en mosaïque » résultant de l’application de deux principes généraux : juxtaposition d’unités de même nature, puis intégration de ces unités dans des systèmes de plus grande complexité, dont les unités initiales deviennent alors des parties. En supposant, selon un modèle aristotélicien, que les mêmes contraintes et la même architecture de la complexité se retrouvent partout ailleurs dans l’univers, peuton imaginer les formes d’êtres extraterrestres ? Une telle réflexion combine à la fois la rationalité des contraintes physiques et l’imagination d’un jeu illimité des possibles. Sur le plan rationnel nous avons délimité un nombre de formes plausibles d’êtres extraterrestres : constitution à partir de chaines carbonées, modules indépendants, recombinaison occasionnelle des chaines carbonées en variantes « sexuelles », formes arborescentes, symétrie bilatérale, « cocon » comme stade de protection, température constante, dispositifs de perception et d’action, recours à des artefacts, unités centrales de contrôle... Nous ouvrons alors la voie à une imagination artistique où tous les possibles peuvent se manifester.


L’Art et la Vie

"L’Art et la Vie” - une exposition internationale dans le cadre du projet, "L’Art et la Science” où les artistes tentent de répondre à des questions importantes : d’où venons-nous ? Qui nous ? Où allons-nous ? Ce titre du tableau, peint par Paul Gauguin, a été la principale inspiration idéologique des artistes invités d’Europe, d’Asie et d’Amérique.


Quand une artiste oeuvre pour la Science : Les ex-libris de Beulah Mitchell Clute à Berkeley - Université de Californie

Beulah Mitchell Clute (1873-1958) was a talented artist who specialized in the design of bookplates. She was well known in her time, from her days as an art student, and today is still recognized as a very talented designer. Among her most famous creations are 3 bookplates for scientists of the faculty of the University of California in the early 1900’s. Here the story of Beulah Clute will be told, the range of her work demonstrated, and her bookplates for three very successful University of California scientists will be shown in the context of her many bookplates for others. Clute’s bookplates were usually decorative and mainly served to show ownership. In contrast, the bookplates for the scientists were dominated by depictions of items and scenes related to their professional careers. The bookplates of the scientists did not simply show ownership. They prominently showcased their achievements and lives. The hypothesis that the scientists, each of whom who rose to chair their respective departments, indulged their vanities with their bookplates, is put forward, in line with observations that high ego personalities are successful in the sciences.


Arts et sciences, même combat ?

La rigueur et le rationalisme, principes fondamentaux de l’activité scientifique, peuvent laisser croire que la science est un monde blanc et froid dénué d’intentions artistiques. À l’inverse, le monde artistique est habituellement perçu comme un espace de création sans limites éloigné des chemins scientifiques. Cependant, les principes et les démarches scientifiques et artistiques montrent de grandes similitudes suggérant un rapprochement fécond dans des programmes arts-sciences.


Les diagrammes animaliers, éléments pour une iconographie didactique de l’informatique

L’absence de réflexions sur l’iconographie utilisée pour enseigner l’informatique est une des raisons pour lesquelles son statut ontologique fait polémique. Cet article explique pourquoi et comment des diagrammes animés évoquant des animaux invertébrés permet d’enseigner en particulier les architectures client/serveur et l’administration d’Unix, en étant en phase avec les méthodes actuelles de transmission des connaissances et en véhiculant une représentation de ce qu’est un système informatique moins faussée que la métaphore anthropologiquement inacceptable du cerveau électronique. Ces diagrammes ont été mis au point au cours d’expériences pédagogiques de plusieurs années face à des étudiants en sciences ou en graphisme. Ils sont fondés sur des remarques déjà anciennes sur ce qu’est le langage de la science et la nécessité de la recherche en didactique des disciplines.


Autres numéros :

2017

Volume 17- 1

Numéro 1

2018

Volume 18- 2

Numéro 1

Témoignages

2019

Volume 19- 3

Numéro 1

Numéro 2

2020

Volume 20- 4

Numéro spécial

Numéro 1

Numéro 2

Numéro 3

Numéro 4

2021

Volume 21- 5

Numéro 1

Numéro 2

Numéro 3

Numéro spécial

Numéro 4