exit

Ecology and Environment   > Home   > Urban Risks   > Issue 2   > Article

The neoliberal shift of resilience? Practices and political forms of the resilience operationalization in Dakar

Le tournant néolibéral de la résilience ? Pratiques et formes politiques de l’opérationnalisation de la résilience à Dakar


Leclercq Romain
Université Paris 8



Published on 14 December 2017   DOI : 10.21494/ISTE.OP.2018.0202

Abstract

Résumé

Keywords

Mots-clés

The resilience concept and its operationalization within the international policies had been criticized by authors as a way to develop a neoliberal governmentality through the world. Especially in the countries of the global South, its enforcement into adaptation and risk policies would come down to a risk responsibility transfer, from the public authorities to individuals and “communities”, participating thus to the spread of a market rationality within the whole social life. However, few studies are dealing with the concrete effects of adaptation and resilience programs on the targeted populations. From an ethnography of resilience and territorial adaptation to the flooding risk project set up by the World Bank and the Senegalese State in the Dakar suburbs, this article aims to analyse the responsibility transfers production linked to resilience operationalization. It shows that the configuration of power set up through this programme is more articulated to, than fully integrated to the neoliberal governmentality.

Le concept de résilience et son opérationnalisation dans les politiques internationales ont été récemment critiqués par de nombreux auteurs comme outil de l’expansion d’une forme de « gouvernementalité » néolibérale. Dans les « pays du Sud » en particulier, son application dans des politiques d’adaptation aux risques se traduirait par un transfert de la responsabilité du risque, des pouvoirs publics vers les individus et « communautés », participant ainsi de l’extension d’une rationalité de marché à l’ensemble de la vie sociale. Pourtant, peu d’études s’intéressent aux effets concrets des programmes d’adaptation et de résilience sur les populations ciblées par ces programmes. A partir d’une ethnographie d’un programme d’adaptation du territoire et de résilience face au risque d’inondation mis en place par la Banque mondiale et l’Etat sénégalais dans la banlieue de Dakar, cet article entend revenir sur la production des transferts de responsabilité liés à l’opérationnalisation de la résilience. Il montre que ces transferts s’opèrent selon des modes de représentation et des pratiques ancrées dans un contexte. Au final, la résilience appliquée aux populations confrontées au risque d’inondation apparait bien comme la composante d’une forme de « gouvernementalité », mais remettant l’Etat au centre de la gestion du risque, créant un régime de pouvoir s’articulant plus que ne se confondant au régime néolibéral.

Governmentality neoliberalism risk floods resilience

Gouvernementalité néolibéralisme risque inondations résilience