exit

Sander Van Der Leeuw
Arizona State University
USA



Publié le 13 avril 2021   DOI : 10.21494/ISTE.OP.2021.0643

Résumé

Abstract

Mots-clés

Keywords

Le concept de résilience, introduit en 1973, est devenu un outil conceptuel important dans les sciences environnementales, et plus récemment dans l’étude des systèmes socio-environnementaux. Mais il n’est pas aussi répandu en archéologie. Cet article introduit et explique le concept, accentue sa relation avec le paradigme des sciences de la complexité et présente un exemple de son utilisation dans l’interprétation de transformations observées sur le terrain. Son utilité en archéologie est principalement l’étude de la longue durée (siècles ou millénaires), ou les dynamiques concernées sont lentes mais persistantes. Dans de tels cas, le concept de résilience nous permet de développer une description dynamique et relationnelle de l’histoire et de l’émergence de nouveautés.

The concept of resilience, first introduced in 1973, has become a major conceptual tool in the environmental sciences, and more recently in the study of socio-environmental systems. In archaeology, however, it has not yet found as wide a use. This paper introduces and explains the concept, emphasizes its relationship to the Complex Systems paradigm and presents an example of its application to transformations observed in the field. Its most useful application in archaeology is the study of the long term (centuries or millennia) where the dynamics are slow but persistent. In such cases, it enables a relational and dynamic description of history and the emergence of novelty.

Résilience Socio-environmental system information processing Panarchy Complex adaptive system

Resilience Système socio-environnemental Traitement d’information panarchie Système complexe adaptif