exit

Social Sciences and Humanities   > Home   > Digital Archaeology   > Issue 1   > Article

Perceive the rythm of the Parisian urban tissue evolution in the second half of the XVth century thanks to the study of land transactions: the treatment of dating imprecision intervals.

Percevoir les rythmes d’évolution du tissu urbain parisien dans la seconde moitié du XVème siècle grâce à l’étude des transactions foncières : le traitement des intervalles d’imprécision des datations.


Léa Hermenault
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne UMR 7041 ArScAn équipe « Archéologies Environnementales »



Published on 13 October 2017   DOI : 10.21494/ISTE.OP.2017.0169

Abstract

Résumé

Keywords

Mots-clés

Land transactions (partition into lots and land regrouping) mentioned in a group of Parisian urban topography studies lead us to have a better understanding of Parisian buildings movement of rehabilitation after the end of the One Hundred Years War. Despite its rarity and richness, this group of data has one major disadvantage : its date isn’t precise. Some statistical methods allows us to manage properly these imprecise dating intervals. We have tested four different methods : determination of midpoints, use of lowers and uppers interval boundaries, and then the method which consists on examining for each year the probability of occurrence of each land transaction. If all of these methods allow us to visualize the same trend, they can’t lead us to understand rythms with the same level of subtlety, and are not always appropriate. We demonstrate here that the probability of occurrence method is the most relevant. Thanks to this method, we show how a huge number of lands regrouping take place after the One Hundred Years War, few years before the recovery of partition into lots, and that the rhythm of these ones isn’t similar between the center and the outskirts of the city.

Les transactions foncières (divisions et regroupements parcellaires) mentionnées dans une série d’études de topographie urbaine parisienne nous permettent d’appréhender le rythme de réhabilitation du bâti parisien après la guerre de Cent Ans. Bien que rare et riche, ce corpus de données présente cependant l’inconvénient d’être mal daté. Des méthodes statistiques nous permettent de gérer ces intervalles d’imprécision de datation. Nous avons testé quatre méthodes différentes : la détermination de points moyens, l’utilisation des bornes inférieures puis supérieures des intervalles, et enfin la méthode consistant à déterminer la probabilité d’occurrence de chacune des transactions par année. Si toutes ces méthodes permettent de visualiser une même tendance générale, elles ne permettent pas toutes de percevoir les rythmes avec la même subtilité, et ne s’avèrent pas toujours pertinentes. Nous montrons dans cet article que la méthode des probabilités par année est la plus pertinente, et comment elle permet de montrer qu’après la guerre de Cent Ans, un nombre important de regroupements de parcelles précède de quelques années la reprise des divisions parcellaires, et que le rythme d’occurrence de ces dernières n’est pas similaire entre le centre et la périphérie de la ville.

tatistics written sources building archaeology dating Middle ages

statistiques sources écrites archéologie du bâti datation Moyen Âge