exit

Physics   > Home   > Entropy: Thermodynamics – Energy – Environment – Economy   > Issue 1   > Article

Exergy assessment of metabolic changes on life expectancy of smokers

Évaluation exergetique des changements metaboliques sur l’esperance de vie des fumeurs


Izabela B. Henriques
Institut Technologique de l’Aéronautique
Brésil

Carlos E. K. Mady
Université de Campinas
Brésil

Silvio de Oliveira Junior
École Polytechnique de l’Université de São Paulo
Brésil



Published on 4 March 2020   DOI : 10.21494/ISTE.OP.2020.0494

Abstract

Résumé

Keywords

Mots-clés

A few authors have determined exergy behavior of human body under standard conditions. Some of these studies include estimate of life expectancy based on the association of entropy creation / exergy destruction and rate of living theory. Metabolism is known as the major source of irreversibility in human body. Thus, metabolic alterations are expected to affect its exergy behavior and, according to rate of living theory, life expectancy. Some authors discovered that even smokers without smoking-related diseases present metabolism higher than non-smokers, which contributes to weight gain after smoking cessation. According to medical literature, metabolism of smokers is 20% greater than non-smokers, in addition to the known thermogenic effect after cigarette smoking. In the present work, exergy analysis is applied to human body in order to evaluate the effect of metabolic increase in smokers on exergy behavior and life expectancy. The analysis takes into account exergy rates and flow rates due to convection, radiation, respiration, evaporation and exergy metabolism. A multi-segment thermal model of human body available in literature is utilized to perform First Law analysis. Results of destroyed exergy integrated over life span indicate that a smoker destroys around 730 MJ/kg more exergy than a non-smoker until the age of 73.5, which would represent a decrease of 15 years in life expectancy for this group.

Quelques auteurs ont déterminé le comportement exergétique du corps humain dans des conditions standard. Certaines de ces études comprennent une estimation de l’espérance de vie basée sur l’association de la création d’ entropie / destruction exergétique et la théorie du taux de vie. Le métabolisme est connu comme source d’irreversibilité majeure dans le corps humain. Ainsi, les altérations métaboliques devraient affecter son comportement exergétique et, selon le théorie de taux de la vie, l’espérance de vie. Certains auteurs ont découvert que même les fumeurs sans maladies liées au tabagisme présentent un métabolisme plus élevé que les non-fumeurs, qui contribue à la prise de poids après l’arrêt du tabac. Selon la littérature médicale, le métabolisme des fumeurs est 20% supérieur à celui des non-fumeurs, en plus de l’effet thermogénique après avoir fumé des cigarettes. Dans le présent travail, l’analyse exergétique est appliquée au corps humain afin d’évaluer l’effet de l’augmentation métabolique chez les fumeurs sur le comportement exergétique et l’espérance de vie. L’analyse prend en compte les taux d’exergie dus à la convection, au rayonnement, à la respiration, à l’évaporation et au métabolisme exergétique. Un modèle thermique à segments multiples du corps humain disponible dans la littérature est utilisé pour effectuer une analyse énergétique. Les résultats de l’ exergie détruite intégrée sur la durée de vie indiquent qu’un fumeur détruit environ 730 MJ/kg d’exergie en plus qu’un non-fumeur jusqu’à l’âge de 73,5 ans, ce qui représenterait une diminution de 15 ans de l’espérance de vie pour ce groupe.

exergy analysis metabolism smoking life expectancy

analyse exergétique métabolisme tabagisme espérance de vie