exit

Sciences humaines et sociales   > Accueil   > Science, Technologie, Développement   > Numéro

Vol 2 - Numéro 1

Science, Technologie, Développement


Articles parus

La transition numérique dans les clusters culturels et créatifs en Algérie : dinanderie à Constantine et joaillerie à Batna

A l’ère du numérique, les TPE artisanales se voient dans l’obligation de s’adapter aux changements et assurer une transition vers les TIC pour se maintenir et booster leur compétitivité. Dans cette perspective et afin de valoriser et promouvoir l’artisanat en Algérie, la Direction Générale de l’Artisanat et des Métiers, a opté pour un jumelage avec l’Union Européenne dans le but d’accompagner l’installation de deux clusters d’industries culturelles et créatives : le cluster de dinanderie élaboré à Constantine et le cluster de Joaillerie à Batna. En effet, la théorie des clusters, attribue l’insertion des technologies et l’innovation aux externalités d’agglomération et aux interactions locales. L’objectif de ce travail est donc d’essayer de comprendre les attitudes des artisans membres des clusters culturels et créatifs en Algérie vis-à-vis de l’intégration des TIC. Pour réaliser cet article, nous optons pour une étude qualitative, afin d’explorer notre phénomène de recherche. Ceci nous permettra de faire ressortir les éléments de construction qui façonnent les comportements technologiques et novateurs des artisans au sein des clusters.


Innovation commerciale et pays émergents : d’une logique North dominated à une logique South generated

La plupart des travaux consacrés à l’innovation commerciale dans les pays émergents abordent cette dernière comme nécessairement et exclusivement issue des pays développés du Nord. Cette innovation, produite dans les pays développés serait simplement adoptée en l’état par les pays émergents qui s’inscriraient dès lors dans une logique suiveuse et totalement dépendante. L’objectif de cette contribution est de montrer que cette logique d’innovation North dominated est loin de correspondre à la réalité observée aujourd’hui sur le terrain. En effet, nous constatons que les pays du Sud ont une approche nettement plus proactive de l’innovation. Cette dernière, lorsqu’elle est issue des pays du Nord n’est pas adoptée en l’état, mais est souvent modifiée en profondeur pour être mieux adaptée aux spécificités du marché local. Plus encore, les pays du Sud, de plus en plus, dans le cadre d’une logique d’innovation inversée, deviennent initiateurs d’innovations qui vont jusqu’à remonter la voie traditionnelle de diffusion (telle qu’elle est évoquée dans les travaux académiques) pour s’imposer aux pays du Nord.


Impact des bonnes pratiques agricoles sur le rendement des cultures d’anacarde (noix de cajou) au Sénégal

Le Sénégal a enclenché un processus de transformation structurelle de son économie en s’appuyant sur des filières qui offrent des avantages en termes de productivité agricole. C’est dans ce cadre que des projets de soutien à la filière noix de cajou (aussi appelés anacardes) ont été élaborés afin d’inciter les producteurs à respecter les bonnes pratiques agricoles. Afin d’identifier l’impact de ces bonnes pratiques, une enquête a été réalisée en 2018 auprès de 228 producteurs de noix de cajou du département de Kolda. Pour obtenir des résultats pertinents, la méthode de la variable instrumentale a été retenue afin de prendre en compte le problème d’endogénéité du facteur adoption des bonnes pratiques et de minimiser le biais induit à la fois par les caractéristiques observables et inobservables. Les résultats montrent un impact positif et significatif de l’adoption de ces bonnes pratiques agricoles sur les rendements des producteurs adoptants, avec ou sans interaction. Les résultats indiquent que le respect des bonnes pratiques à un impact significatif quel que soit le genre du producteur, même si l’impact est plus élevé pour les femmes. Nos résultats révèlent qu’un changement de comportement (adoption de bonnes pratiques agricoles) de la part des producteurs peut constituer un bon instrument pour accroître la productivité de la noix de cajou au Sénégal. Ainsi, pour une filière noix de cajou durable, des stratégies de sensibilisation peuvent être développées en mobilisant tous les acteurs (radios communautaires, chefs de villages, agents de développement, structures d’encadrement et de recherche...).


Technologie, Innovation et durabilité de la chaîne de valeur soja : étude du front cotonnier camerounais face aux enjeux environnementaux

Le front cotonnier camerounais dans l’espace soudano-sahélien connaît une dynamique productive du soja impulsée par une demande croissante du secteur agroalimentaire national et du marché transfrontalier avec le Nigeria. Cette dynamique est porteuse de profondes mutations des agro systèmes locaux. D’une simple culture de case non référencée dans les statistiques agricoles régionales, le soja occupe depuis l’année 2010, le 2ème rang des légumineuses cultivées après l’arachide, le niébé et le voandzou. L’évolution rapide des superficies cultivées de 6705 ha en 2008 à 15 020 ha en 2018 est révélatrice de l’engouement manifesté par les agriculteurs pour cette spéculation qui, malgré la quasi absence d’encadrement des pouvoirs publics, structure désormais une chaîne de valeur porteuse d’opportunités de construction d’une politique de Science et Technologie (S&T) dans le secteur agroalimentaire d’une part et d’amélioration des revenus des agriculteurs d’autre part. Cette dynamique est à un second niveau porteuse d’enjeux environnementaux dans un espace exposé à la dégradation accélérée de son milieu naturel. L’objectif de cette recherche est donc d’analyser les enjeux environnementaux induits par la culture du soja. Les résultats montrent que le développement de cette culture induit la régression accélérée du couvert végétal et la dégradation des sols. Le premier enjeu est lié à l’extension des superficies cultivées par des défrichements. Le second est inhérent à l’intensification de l’utilisation des produits phytosanitaires et principalement du glyphosate, dont l’usage pour la lutte contre les adventices contribue à accélérer l’acidification des sols.


Autres numéros :

2021

Volume 21- 1

Numéro 1

2022

Volume 22- 2

Numéro 1